Dans cet article :

    Comment qualifier les sites pour le netlinking ?

    Le netlinking figure parmi les piliers de l’acquisition de trafic. En effet, la création d’un excellent contenu seo constitue le troisième étage de la pyramide du seo. Le quatrième étage est formé par une bonne stratégie de liens, elle mettra votre site en orbite, c’est-à-dire sur la première page des résultats affichés par les moteurs de recherche.

    Cette pratique repose sur une approche gagnant-gagnant, il faut pointer vers le site des autres si on souhaite qu’ils en fassent de même. Comment trouver un futur partenaire potentiel ? La réponse n’est pas évidente. Des agences seo telle que Pumpup apportent des éléments de réponse. Faisons le point.

     

    1. Les 5 signaux négatifs qui permettent de faire un premier tri

    Les sites ayant un design personnalisé et soigné

    Certains sites utilisent des en-têtes très bien conçus, ils s’appuient sur un style spécifique et ils publient des images originales dotées de filigranes. Ces informations prouvent l’existence d’une forte conception en interne et donc ils ne sont pas forcément intéressés par des partenariats de netlinking.

    Nouveau call-to-action

    Les sites ayant un excellent SEO

    Lorsqu’un site truste les premières places sur les SERP, c’est généralement qu’il a déjà sa propre stratégie. Soit il ne cherche plus de partenaire pour faire du netlinking, soit il est très exigeant et sélectif, il faut donc être à la hauteur (qualité des backlinks, qualité de rédaction, trafic sur le site….) !

    Les grandes marques qui tiennent à leur indépendance

    Les grandes marques investissent dans leur présence en ligne et mettent en valeur leur propre contenu. Proposer un lien vers un autre site ne figure pas parmi leurs priorités. Leur site comporte souvent beaucoup de liens nofollow.

    Les sites réalisant de la publicité

    Les sites affichant des catégories “Publicité” ou “Articles sponsorisés” demandent généralement de l’argent contre la publication de votre contenu. Non seulement cela est un coût financier, mais en plus généralement ces sites sont de moins bonne qualité pour le netlinking puisque Google sanctionne l’achat de lien.

    Les sites ayant des publications vieilles de plusieurs mois

    Il faut toujours faire attention aux dates qui apparaissent sur les derniers articles des sites que vous identifiez comment potentiellement intéressant pour votre stratégie de netlinking. Lorsque les post remontent à plusieurs mois, les responsables travaillent probablement sur autre chose et ne consacrent plus assez de temps à ce blog. D’autant plus qu’un site qui ne publie pas a généralement moins de trafic. Un site de qualité est un site qui publie régulièrement.

    Bref, ces 5 signaux représentent des exemples variés. D’un côté on trouve les sites qui ne sont pas sérieux et de l’autre ceux qui sont sûrs de leur force et misent sur leurs propres contenus. Maintenant, il est temps de découvrir les éléments positifs à prendre en compte.

    2. Reconnaître ses partenaires potentiels : première sélection

    Les articles rédigés par des invités

    De nombreux sites publient des posts rédigés par d’autres personnes. Même s’ils sont ouverts aux contributions externes, il faut prendre le temps de vérifier s’ils attendent un contenu spécifique, un nombre de mots précis...

    Le partage d’un contenu externe

    Des outils comme Moz ou Ahrefs montrent les contenus externes partagés par un site. Si une adresse publie une infographie ou un visuel conçu par une autre entité, elle sera sensible à une offre similaire.

    La présence d’une rubrique conseils

    Les bons conseils gratuits sont toujours les bienvenus. La présence de cette section constitue déjà une invitation à part entière. Une manière de désavouer les approches publicitaires.

    "Écrivez pour nous", une invitation explicite

    Certains sites sollicitent les contributions externes. Néanmoins, la prudence reste de mise. Parfois, ils ne cherchent pas seulement un échange de liens mais une participation régulière sur une base hebdomadaire ou mensuelle.

    3. Qualifier les sites sélectionnés

    Déterminer la qualité du domaine référent

    Deux outils se démarquent quand il s’agit d’évaluer la qualité du domaine référent, Trust Flow et Domain Rating. Conçu par Majestic, le premier se focalise sur les backlinks pour déterminer la qualité d’un site. Le second est un produit réalisé par Ahref, il départage les domaines à travers un score variant de 0 à 100. La qualité est alors proportionnelle au nombre. Comme ces deux outils sont payants, on peut se tourner vers un système gratuit, Search Console.

    Vérifier le nombre de backlinks existant sur le site

    Plusieurs outils facilitent la vérification des liens sortants sur un site. La présence d’un backlink souligne l’intérêt du rédacteur pour ses visiteurs. En effet, visiter une autre adresse permet d’obtenir des informations supplémentaires.

    Confirmer la qualité des contenus et des liens sortants du site

    Une mise à jour régulière constitue une bonne indication. Néanmoins, il faut prendre le temps de lire quelques articles afin de se faire une idée sur son contenu. S’il répond à une question précise et s’appuie sur des visuels de qualité, le site constituera un partenaire fiable. Cliquer sur les liens sortants est aussi un bon réflexe. Ils doivent apporter un surplus d’informations et surtout, ne pas pointer vers un site qui n’est plus en ligne.

    Analyser le rapport domaines référents / backlinks

    Lorsqu’un nom de domaine propose trop de liens sortants, les moteurs de recherche pourraient penser qu’ils parcourent un site spammy. Même s’il n’y a pas de règles précises, il serait bien de cibler les adresses ayant une proportion raisonnable, environ 35 backlinks par domaine.

    Examiner la qualité des ancres de lien

    On rencontre habituellement les ancres sous forme d’images ou d’expression. Ils servent surtout de support aux liens. Ici, on accorde plus d’importance à la diversité, un site comportant une présentation variée sera mieux noté qu’un autre qui reproduit la même formule sur toutes ses pages.

    Nouveau call-to-action

    L'auteur
    Eric Huertas
    Eric Huertas

    CEO et Consultant E-Business au sein de l’agence PumpUp, je mets à profit mon savoir faire au service des PME et Grands Comptes afin de structurer leur stratégie commerciale digitale et de rentabiliser leurs investissements web.

    Pour aller plus loin